Pas d’utérus, pas d’avis !

C’était ma réplique parfaite que je sortais facilement lorsqu’un mec se permettait de nous donner son avis sur nos règles, notre corps ou autre connerie. Loin de moi l’idée qu’ils ne peuvent donner leur avis mais comment dire… Est-ce que nous, on leur dit comment mieux bander par exemple.
Et l’autre jour, en se chamaillant, mon barbu m’a dit « ah non, plus d’utérus, plus d’avis ».
Et je me suis trouvée bien con !

Dans un sens il a raison, je n’ai plus d’utérus alors est-ce que littéralement je n’ai plus mon avis à donner sur les femmes qui ont encore leurs règles ou leurs douleurs utérines alors que moi j’ai choisi une solution qui m’a enlevé tous ses désagréments ?
Ou ce que mes 24 ans passés en étant réglée me donnent la légitimité de donner encore mon avis ?

Bien sur que oui, bien sur qu’en tant que femme, en tant que membre de cette communauté que sont les femmes, je donnerais toujours mon avis sur ce que j’ai connu, sur ce que j’ai vécu, je délivrerais toujours des conseils aussi appropriés que possible.
Mais j’avoue que sa question m’a déstabilisé, m’a perturbé même.

Comme si, de par mon opération, je m’excluais de cette famille, de cette sororité.

Alors je ne pense pas être moins femme avec mon utérus en moins mais je crois que j’aurais toujours, maintenant, cette petite voix qui me rendra moins légitime à donner mon avis sur certains sujets. Et puis, faut bien l’avouer, j’aimais donner mon avis, j’aimais rentrer dans des débats, j’aimais me jouer l’avocat du diable et provoquer ces messieurs sur ces sujets. Mais je vais apprendre à le donner sur de nouveaux, à conseiller mes amies de peut-être approfondir un diagnostic ou continuer à aller voir son gynécologue tous les ans, à se dire que non, des règles hémorragiques ne sont pas normales, que souffrir n’est pas normal, que changer de médecin est légitime si tu as un doute, que toi seule connais ton corps et si tu sens qu’il y a quelque chose qui ne va pas, écoutes toi, vas jusqu’au bout car oui, il y a quelque chose qui ne va pas.
Je serais toujours une femme, différente mais je suis une femme jusqu’au bout de ma chair, dans mes tripes, dans mon sang.

Et pour en revenir à cette fameuse phrase « pas d’utérus, pas d’avis », elle est bien sur à prendre sous plusieurs formes. Bien sur que seules les femmes ou personnes ayant un utérus seront toujours les seules légitimes à parler de ce qui les concerne, à savoir quoi faire ans avec ces dits-utérus. Je ne dis pas qu’ils ne sont pas autorisés à donner leurs avis, surtout ceux qui vivent avec nos maladies, ils sont au premier plan et dieu sait à quel point ils morflent aussi. Mais voilà, messieurs, donnez votre avis d’accompagnant, pas de celui qui souffre. C’est différent mais c’est une nuance primordiale si nous voulons que nos corps, nos utérus soient reconnus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s