L’opération – et après…

2 jours après l’opération j’étais chez moi. Les suites opératoires se sont bien passées, j’avais retrouvé un transit, les pansements étaient propres et je n’avais pas de douleurs. J’étais contente de rentrer. J’ai passé le temps à l’hôpital toute seule mais je ne l’ai pas mal vécu. Mon barbu avait beaucoup de travail et l’hôpital était à plus d’une heure de la maison. Et puis j’ai eu la visite surprise de ma maman et ça, ça fait toujours trop plaisir ! Je n’ai pas vu le temps passer mine de rien, je me reposais beaucoup, je regardais les matchs de tennis et discutais avec les infirmières quand elles passaient. Bon, je dis pas que je me serais ennuyée si j’étais restée plus longtemps hein mais j’ai aussi apprécié ces deux jours tranquille avec moi-même.

Les consignes sont claires quand on sort après ce genre d’opération : du repos, du repos mais pas trop non plus. Une seule règle à respecter scrupuleusement c’est ne rien porter de lourd. Car si à l’extérieur je n’ai que 3 petites cicatrices, à l’intérieur tout se reconstruit autour d’un organe manquant. J’ai une cicatrice vaginale qu’il ne faut surtout pas laisser se rouvrir. A la maison, des fleurs et des chocolats sont là pour me donner du courage pour cette convalescence qui commence, je mesure encore à quel point j’ai la chance d’avoir des amis en or.

Lire la suite »

L’opération – le jour J !

Et voilà, on me réveille tôt pour me préparer. La douche à la bétadine n’existe plus, une simple douche, crème dépilatoire et ça fera l’affaire. D’ailleurs j’avais oublié l’odeur horrible des crèmes dépilatoires et comme ça brûle, surtout pour faire la maillot. Bref, parenthèse esthéticienne fermée, je mets mes sexy bas de contention, la chemise d’opération et j’attends sur mon lit. On te réveille à 6h mais tu peux très bien être descendue au bloc à 11h. Alors autant la veille je n’avais point de stress que le matin, même sans grande inquiétude, j’ai quand même pris un demi xanax en pré médication comme l’avait prescrit l’anesthésiste. Et bingo, je me suis replongée dans les bras de Morphée. C’est une aide soignante qui m’a réveillé vers 10h pour me dire qu’il y aurait un peu de retard. Et c’est une demi heure plus tard qu’un brancardier est venu me chercher.

Juste le temps d’envoyer un message à mon barbu pour lui dire que je descendais et que je l’aimais.

Lire la suite »

L’opération – la veille…

Voilà. Le 8 octobre. J’y suis. C’est là. C’est la date. Pas eu de nouveau report d’opération. J’avoue que les deux-trois dernières semaines, après le premier report j’avais très peur que l’opération soit déprogrammée à cause du Covid. En effet, l’épidémie repartait de plus belle, on commençait de nouveau à voir les reportages sur les hôpitaux surchargés, et on parlait à demi mot des déprogrammations des opérations non urgentes. Et clairement, je n’étais pas urgente. Je guettais mon téléphone sans cesse, de peur qu’on m’appelle mais non. Pas de repos, pas d’appel juste un la veille (qui m’a bien fait flipper) pour me demander si je n’avais pas de symptômes en faveur d’un éventuel coronavirus dans mon organisme. Mais même lui n’aura pas réussi à repousser cette opération.

Tout est prêt, mon sac est fait. J’ai du mettre dedans pour 3 semaines (l’ordi avec le chargeur histoire de continuer à bosser sur mon blog, le téléphone avec le chargeur car je sens qu’Instagram et Two Dots seront mes meilleurs amis durant l’hospitalisation), et mon kit de survie que m’a préparé un de mes meilleurs amis : un livre, des fruits secs et du chocolat pour la fringale, et un masque (il est drôle !). Ce petit cadeau m’a tellement fait plaisir. Bref, je suis prête !

Lire la suite »