Le diagnostic

Comme je vous le disais précédemment, si un moindre doute vous habite, si vous ne trouvez pas normal ces saignements qui se prolongent ou qui sont plus abondants que d’habitude, si des douleurs inhabituelles surviennent, consultez sans tarder ! Moi je me suis même tapé le culot d’exiger auprès de la secrétaire d’avoir une échographie trans-vaginale lors de mon 1er rdv en urgence, elle n’était pas très très contente, mais c’était mon utérus et pas le sien, et une femme inquiète on lui déroule le tapis rouge devant elle, on ne la freine pas !

Lors de ce rendez-vous, parlez, dites tout ce que vous vivez, sans aucune gêne ni honte.

Je tenais un petit calendrier dans mon agenda sur mon téléphone. Je mettais des gouttes de sang en émoji les jours où je saignais et le nombre selon la quantité. Quand vous ouvriez mon agenda, certaines périodes faisaient flipper mais ça m’a permis de montrer à mes médecins, à mes proches ce que je vivais vraiment car sinon ça ne leur parlais pas vraiment. Décrivez les douleurs, les sensations que vous ressentez, les troubles urinaires ou fécaux. Dites aussi ce que vous éprouvez sur un plan psychique. C’est primordial. Perso, le fibrome a eu plus d’impact psychologique que physique sur le long terme.

Un examen pelvien sera nécessaire pour que le médecin visualise bien vos organes génitaux, leurs tailles et positions. Un toucher vaginal avec palpation sur le bas ventre permet aussi d’éliminer d’autres anomalies et de commencer son diagnostic.

L’examen qui déterminera si présence ou pas de fibromes de plus d’un centimètre se fera par échographie trans-vaginale. L’échographie abdominale peut s’effectuer mais ça sera moins précis. Le médecin introduira avec votre consentement, en douceur, une sonde dans votre vagin pour visualiser sur l’écran si présence ou non il y a de fibromes. Il pourra ainsi mesurer les dits-fibromes. C’est sans douleur vraiment et si à n’importe quel moment vous sentez que c’est gênant pour vous, demander à votre médecin de s’arrêter ou d’aller moins fort. Quand je dis que c’est sans douleur, oui tout est bien sûr relatif. Encore une fois on n’a pas les mêmes sensibilités et il m’est arrivé lors de certaines échographies lorsque la sonde passait trop près d’un organe ça faisait un peu mal mais contrairement à d’autres examens, franchement ça va, n’ayez pas peur et il est nécessaire pour un bon diagnostic.

D’autres examens seront possibles comme l’hystéroscopie qui est plus pour déceler des fibromes sous muqueux. Elle consiste à introduire une petite caméra jusque dans l’utérus. On peut avoir recours aussi à l’IRM si aucune des autres méthodes n’a permis de visualiser des fibromes et pour participer à l’élaboration d’un diagnostic différentiel.

L’échographie trans-vaginale sera votre examen de voyage j’ai envie de dire, celui qui vous accompagnera durant toute votre vie avec votre fibrome. Il permettra dans le suivi de voir s’il évolue, s’il grossit, s’il continue à être vascularisé ou non, s’il réagit aux traitements.

Encore une fois, écoutez vous, au moindre symptome, allez voir votre médecin, sage femme ou gynécologue. Votre santé, physique et psychique, votre vie de tous les jours est ce qu’il y a de plus important !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s