L’histoire d’Aline, qui a anticipé l’avenir avec un don d’ovocyte

Voici l’histoire d’Aline, que je remercie d’avoir raconté son histoire. Je vous la livre telle quelle. Avec ses mots, ses émotions, sans retouches.

J’ai 36 ans et j’ai eu, il y a quelques mois, une myomectomie pour un fibrome sous muqueux de la taille d’un pamplemousse. Je n’ai jamais eu de ventre plat et on m’a régulièrement dans ma vie féliciter d’être enceinte alors que ce n’était pas le cas. 

Suite à pleins de circonstances personnelles ( séparation de couple, amies avec des difficultés pour avoir des enfants) je décide de me lancer dans un don d’ovocyte fin 2020, je trouve un hôpital à Paris qui m’explique toute la procédure. Suite aussi à ma séparation je décide d’arrêter la pilule que je prends depuis la vingtaine. On passe par énormément de questions des proches, de rdv, d’examen, prise de sang et piqûres jusqu’au jour J du don( une autre histoire à raconter). On fait la moitié du process d’une fiv, c’est physiquement et psychologiquement assez intense. Jusqu’à présent aucune et aucun gyneco ne m’avait fait d’échographie, ou n’avait fait de remarque sur les symptômes que j’avais pu remonter ( douleurs, règles hémorragiques, douleurs dans les relations sexuelles, manque de fer etc ) Lors de ces examens pour mon don on me parle pour la première fois de fibrome en me conseillant de voir un chirurgien après le don. Radio écho etc c’est l’annonce un fibrome principale, pleins sur les ovaires et l’annonce un matin de l’endométriose.

La chirurgienne propose plusieurs choix, et donc je vois d’autres spécialistes pour faire une embolisation, les chirurgiens que je rencontre ont des remarques sexistes et partent du principe que je vais faire l’embolisation, ça ne me plait pas et je pars sur une myomectomie. Avec le Covid les rendez vous et la date de chirurgie prennent du temps.

Entre temps l’opération de mon don avait conduit a une fuite d’un des ovaires et a pris à un peu de temps (plus de 6 mois ) à cicatriser.

Donc là je suis bientôt un an après le retrait de mon fibrome, je n’ai plus de règles hémorragiques mais j’ai toujours des douleurs durant les rapports ( Qu’il n’est pas toujours facile d’expliquer à un nouveau partenaire) je traîne toujours des douleurs au dos ou de la fatigue et mes règles ont complètement changé. Je n’avais aucune douleur pendant mes règles juste la quantité en principal contrainte. Aujourd’hui plus de quantité mais une douleur le premier jour qui m’empêche de faire quoi que ce soit, ce qui reste compliqué à expliquer au travail.

Maintenant que je sais que j’ai de l’endométriose c’est plus simple pour identifier les douleurs au ventre.

Voilà l’histoire de mon fibrome. Je me dis que j’ai bien fait de faire un don sans ça je n’aurai su que bien plus tard ou le jour où j’aurais voulu faire des enfants qu’il y avait un soucis. Bon je vise toujours un ventre plat mais avec pleins d’autres fibromes ça va être un peu compliqué, tant pis je me suis faite à ma bouée. 

Merci Beaucoup Aline pour ton témoignage, ton histoire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s